Interdiction de la grenaille de plomb dans les zones humides

A compter du 1er juin 2006, l'emploi de la grenaille de plomb est interdit dans les zones humides suivantes :

- la mer dans la limite des eaux territoriales,
- le domaine public maritime,
- les marais non asséchés,
- les fleuves, rivières, canaux, réservoirs, lacs, étangs, plans d'eau qu'ils soient d'eau douce, salée ou saumâtre, y compris jusquà une distance de 30m du bord de l'eau.

Cette interdiction porte sur l'utilisation de la grenaille de plomb : elle concerne toutes les espèces de gibier. Par contre, elle ne concerne pas le tir à balle du grand gibier qui reste autorisé quelle que soit la zone de chasse.

 



La circulaire apporte une précision importante : il n'y a pas lieu d'interdire aux chasseurs en action de chasse sur la bande des 30 mètres d'utiliser de la grenaille de plomb dès lors qu'ils ne tirent pas en direction de la nappe d'eau ou que la gerbe de plomb n'est pas susceptible de retomber dans l'eau.

A moins de 30m, si les grenailles ne risquent pas de retomber dans l'eau, un chasseur peut utiliser de la grenaille de plomb.

A moins de 30m, un chasseur qui tire en direction de l'eau ou dont les grenailles peuvent atterir dans l'eau doit utiliser des munitions de substitution.

Au moindre doute quant au lieu de retombée de la grenaille, il est fortement recommandé d'utiliser des munitions de substitution.

A plus de 30m, l'interdiction ne s'applique pas, et ce quelle que soit la direction du tir.

Pourquoi cette interdiction ?

L'interdiction de la grenaille de plomb dans les zones humides vise à lutter contre le saturnisme qui atteint les anatidés. Il s'agit d'une intoxication causée par le plomb qui, véhiculé par les globules rouges, pénètre dans les différents tissus de l'organisme où il provoque des dommages importants.

Les oiseaux ingèrent des plombs qu'ils perçoivent sans doute comme étant du grit, indispensable au broyage puis à la digestion des graines dans leur gésier.

Les études réalisées en conditions expérimentales ont montré que dès l'ingestion de 3 plombs, la mortalité devenait très importante : 67% des cas. Lorsqu'elle n'est pas directement létale, l'intoxication compromet la survie des oiseaux à plusieurs égards. Elle empêche la constitution de réserves énergétiques suffisantes compromettant alors l'aptitude à la migration. Elle diminue la taille des pontes ainsi que le poids des oeufs diminuant ainsi le taux de reproduction.

Quelles munitions de substitution utiliser ?

Les alternatives au plomb sont nombreuses et plusieurs munitions sans plomb sont proposées sur le marché : le bismuth, l'étain, l'acier (qui est en fait du fer doux) ou encore les alliages à base de tungstène (additionné de fer ou de liant).

Les études montrent que jusqu'à 30-35 mètres, les munitions avec billes d'acier ont des résultats identiques à ceux des cartouches à plomb. Cependant, pour une efficacité comparable, il est recommandé de ''mettre plus devant'' à partir de 25 mètres.

L'acier a une densité inférieure à celle du plomb, donc possède une énergie cinétique moindre. Pour compenser ce manque d'énergie cinétique, la masse doit être accrue ; et pour augmenter la masse, il faut utiliser des billes plus grosses. De manière générale, il faut descendre de deux numéros par rapport au plomb. Un chasseur ayant l'habitude de tirer avec du plomb n°6 devra par conséquent utiliser des billes d'acier n°4.

Les gerbes des munitions avec billes d'acier sont plus serrées que celles chargées en plomb. Il est donc recommandé d'utiliser des chokes moins serrés (maximum demi-choke).

Dois-je changer mon fusil ?

Les munitions de substitution telles que les cartouches au bismuth, à l'étain ou alliages à base de tungstène, peuvent être utilisées dans les mêmes conditions et avec les mêmes armes que pour le plomb (même choke, etc.).

Pour les cartouches ''acier'' dites standards ou ordinaires, la CIP a défini quelques recommandations :
- vitesse des billes inférieure à 400 m/s
- billes plus petites ou égales au n°4
Elles peuvent être tirées dans tous les fusils (même ceux éprouvés à 960 bars) sauf les fusils très anciens. Maximum 1/2 choke.

Pour les cartouches ''acier'' dites à hautes performances, la CIP a défini quelques recommandations :
- vitesse des billes inférieure à 430 m/s
- pas de limitation de taille des billes
Elles ne peuvent être tirées que dans des fusils spécialement éprouvés ''billes d'acier'' (généralement de type semi-automatique actuel). Maximum 1/2 choke.
Les fusils éprouvés spécialement pour le tir aux billes d'acier portent un poinçon en forme de fleur de lys.

Petits conseils ...

- La gerbe des cartouches acier est plus serrée comparée au plomb.

- Avec l'acier, les 3/4 et full choke sont vivement déconseillés (risques de déchokage).

- Avec l'acier, il est recommandé d'utiliser des billes plus grosses que les plombs que vous tirez habituellement (2 n° plus gros).

- Stockez vos munitions dans un endroit bien au sec pour éviter la corrosion.


Pour une bonne image de la chasse, n'oubliez pas de ramasser vos douilles !